Feudum

31439.jpg
Joueurs :


Aurélie


Vainqueur(s) :


31439.jpg

Bon on a plus le droit de se retrouver pour jouer, mais les CR sont encore autorisés alors j’en profite !

Jeudi soir dernier on découvrait donc (ou re découvrait) Feudum. Un (très) gros jeu de gestion atypique.

Tout le monde avait bien fait ses devoirs et regardé au préalable les vidéos règles de Jean-Michel Grosjeu. On a donc pu commencer tout de suite, et heureusement car la partie dura 4 heures !

Le plateau avant la partie. De gauche à droite les régions du désert,
des collines et des montagnes.

C’est un peu difficile de décrire l’expérience ludique que propose Feudum. C’est un jeu de gestion dans un univers médiéval fantastique. Le jeu est pas dirigiste pour un sou. Il y a beaucoup de possibilités et très vite on mesure combien chaque décision influe sur l’ensemble du jeu. C’est déroutant mais très agréable car aux antipodes des jeux qui vous prennent par la main :)

A gauche la guilde des fermiers, des marchands et des alchimistes.
A droite les régions des petites et des grandes îles.

L’interaction est très forte, elle peut être tantôt indirecte, par exemple en augmentant son influence pour assoir son emprise sur les guildes. Tantôt direct à base d’affrontements, famine, blocage, chapardages et autres joyeusetés… Bref faut pas jouer la tête baissé sur ses cartes sous peine de mauvaises surprises !

Résumer la partie est un peu compliqué également, tant il s’est passé beaucoup de choses. essayons tout de même :

– Toff démarre bien, il s’implante durablement dans la région du désert, utilise ses alchimistes, et arrive pendant un bref moment à contrôler 3 guildes (sur 6 possibles). Mais il se fait taper dessus alors qu’un de ses personnages cuvait gentiment son vin, ce qui commence à le ralentir un peu.

– Avec Aurélie on voyage pas mal, elle avec son dirigeable et moi mon sous marin. Puis on échange nos machines pour réussir à nous implanter dans pas mal de territoires différents.

Le dirigeable d’Aurélie

– Toff fabrique des barils de poudre, et décide de les utiliser pour ramener un monstre sur le plateau ! Perso je m’en éloigne rapidement car je veux pas me retrouver bloquer. Mais Aurélie n’a pas peur et décide de l’affronter (la faute à un point de règle qu’elle avait mal compris de son propre aveu, sinon elle aurait fait autre chose). Elle remporte la bataille, mais à un prix exorbitant (4 salpêtres). Ainsi les deux se ralentissent beaucoup et ça fait mes affaires.

Le monstre de Toff…

– Nourrir ses personnages est tendu et rappelle un peu Agricola. Il y a plusieurs moyens d’y parvenir, mais c’est jamais simple et toujours au prix de choix douloureux. Perso je fais pas mal tourner mes guildes, à savoir les marchands et les fermières, ce qui permets aux autres d’acheter de la nourriture. Par contre du coté des chevaliers et des moines c’est calme, ce qui ralenti la production de jetons influence et perle de rosaire…

– Au final Toff fait les frais d’une trop petite expansion, et des quelques batailles perdus qui ont modifié ses plans. Aurélie paye quant à elle une mauvaise gestion de la nourriture car elle a perdu plusieurs fois des personnages faute de quoi les nourrir. Je l’emporte donc aux alentours de 140 points, une ordonnance royale tombé au bon moment m’ayant également bien profité.

Conclusion : C’est de la bonne. Vraiment. Je m’attendais pas à autant d’interactions à trois joueurs. Faut penser à beaucoup de choses, contrôler des guildes, faire tourner l’économie, influencer les lieux, les améliorer, voyager pour étendre son réseau, nourrir ses personnages… Bref c’est très riche, probablement trop pour certains ou certaines… Mais perso c’est un vrai coup de coeur, j’ai qu’une envie c’est d’y rejouer rapidement (à 4 ou 5 de préférence).
Bon et j’ai pas parlé du visuel, mais perso je trouve ce jeu magnifique !! Quelques photos supplémentaires :)

Le plateau en fin de partie
J’ai craqué pour cette extension, qui peut être joué purement pour son visuel,
ou pour donner des bonus en combats.

16 commentaires

Join the conversation